slideshow 1 slideshow 2 slideshow 3 slideshow 4 slideshow 5 slideshow 6 slideshow 7 slideshow 8 slideshow 9 slideshow 10 slideshow 11 slideshow 12

Vous êtes ici

Votre police locale s’attaque aux trafics de stupéfiants

Body: 

Comme le prescrit la loi, la zone de police Nivelles – Genappe possède son Plan zonal de sécurité. Il couvre actuellement les années 2009 à 2012, soit une durée de 4 ans. Il a pour vocation de présenter aux autorités et aux citoyens, les priorités que la police locale compte poursuivre durant les années à venir. Une des priorités de ce plan zonal était la délinquance urbaine, couvrant les phénomènes tels que les dégradations, les tags, l’alcool sur la voie publique, …

Souhaitant mieux coller à la réalité actuelle, les autorités de la zone de police ont souhaité modifier l’intitulé de cette priorité pour la transformer en « Insécurité urbaine ». Il a fallu en effet constater que les faits repris dans cette priorité n’étaient pas toujours tangibles et généraient souvent un sentiment d’insécurité sans pour autant être repris dans les statistiques, faute de constat. Le terme « Insécurité » correspondait donc mieux à ce qui était vécu tous les jours par nos citoyens. En outre, certaines problématiques ont fortement diminué, alors que d’autres ont émergé, parfois de façon conséquente. C’est ainsi que nous avons observé que se développaient ça et là certains lieux de consommation de stupéfiants, voire de trafic. Le Parquet judiciaire de Nivelles a accepté de prendre ce phénomène en main. Il a pu dès lors être intégré dans nos priorités. Les prochains plans d’action s’étalant de 2013 à 2016 auront donc à cœur d’approcher ce problème avec le plus d’efficacité possible.

Mais inutile d’attendre et nous souhaitions nous y attaquer dès maintenant. Dès ce mois d’octobre 2012, la synergie qui peut exister dans notre zone de police entre les services d’intervention, les agents de quartier et le service local de recherches a déjà porté ses fruits. En quelques semaines, ce n’est pas moins de 5 à 6 trafics de petite ou moyenne ampleur qui ont pu être démantelés sur nos deux villes, Nivelles et Genappe. Souvent, il s’agissait de revendeurs locaux qui fournissaient leurs produits de leur domicile ou sur la rue. Mais un des dossiers que nous avons traités comprenait néanmoins une grande quantité de drogue douce (1 Kg de Marijuana) et démontre qu’il était temps que les autorités policières, judiciaires et politiques s’attaquent à ce problème.

Dans une zone de police comme la nôtre, c’est avant tout les équipes d’intervention, via leurs patrouilles ou le 101, qui sont appelées à constater l’existence d’un lieu de vente ou de consommation de drogues. Mais c’est également l’agent de quartier qui en prend connaissance grâce à l’excellente collaboration qu’il entretient avec les habitants de son quartier. Quand ces informations nous parviennent, une approche immédiate des équipes d’intervention suffit régulièrement. Mais il faut parfois également affiner nos constats et mettre en place des dispositifs qui confondront les auteurs face à leurs méfaits. C’est le travail d’enquête du service local de recherches. Il faut parfois des semaines pour obtenir les preuves nécessaires. Tout n’est donc pas aussi facile qu’on le souhaiterait. S’attaquer à de tels trafics prend du temps et de sérieuses méthodes d’investigations. La zone de police se lance donc déjà sur de nouveaux dossiers, promettant des jours difficiles aux revendeurs arpentant nos rues ou s’adonnant à leurs trafics de leur domicile. Nous espérons pouvoir prochainement consacrer du personnel spécialisé à cette problématique. Cette « spécialisation » permettra une approche la plus optimale possible, en totale concertation avec nos autorités judiciaires et politiques.

 

publié le 02/04/2013

Privacy

Theme by Zion Labs and Karibou Informatique